Sysmex France
Menu

Calendrier scientifique - janvier 2020

Cancer et thrombose

Quel type de cancer présente le risque le plus élevé de TEV durant un traitement systémique ?

Cancer du colon

Cancer du pancréas

Cancer du sein

Congratulations!

That's the correct answer!

Sorry! That´s not completely correct!

Please try again

Sorry! That's not the correct answer!

Please try again

Notice

Please select at least one answer

Contexte scientifique

La thromboembolie veineuse associée au cancer (TEV) est la deuxième cause de décès la plus fréquente chez les patients atteints d’un cancer, après le cancer lui-même. Par rapport à la population générale, ces patients peuvent présenter un risque quatre à sept fois élevé de TEV. Le risque varie considérablement d'un patient à l'autre et repose sur des facteurs tels que le cancer lui-même, le traitement et les spécificités propres au patient, comme l’indique le tableau 1.1, 2.

Tableau 1 Facteurs de risque de TEV associée au cancer

GROUPE

FACTEUR DE RISQUE

Facteurs de risque associés au cancer  
  Site et taille de la tumeur
  Stade et importance de l’atteinte tumorale
  Intervalle de temps après le diagnostic (jusqu'à six mois)
Facteurs de risque associés au traitement  
  Chimio et radiothérapie
  Traitement hormonal
  Cathéters intraveineux implantables
  Chirurgie
  Agents anti-angiogéniques
Facteurs de risque propres au patient  
  Âge
  Appartenance ethnique
  Sexe
  Facteurs de risque liés au style de vie, à savoir tabagisme, obésité ou sédentarité
  Statut hormonal
  Histoire de la thrombose

Certains types de cancer présentent une probabilité plus élevée de développer une TEV que d'autres. Cependant, le cancer du sein est l’entité présentant le plus grand risque de TEV, survenant généralement pendant un traitement systémique3.

Des modifications dans les paramètres physiologiques, telles qu'une élévation de la numération plaquettaire et des leucocytes, ou une baisse du taux d'hémoglobine, se sont avérées être une indication de la TEV associée à la chimiothérapie.2

Un autre paramètre largement utilisé est le D-dimère, mais l’incidence de la TEV liée à des taux élevés de D-dimères varie selon les types de cancer, le plus élevé étant observé chez les patients atteints d’un cancer colorectal (incidence sur un an de TVP 20 % (IC à 95 % 12–31 %) contre 5 % (IC à 95 %, 2–12 %) pour les autres types de cancer).4 Chez les patients atteints d'un cancer du sein, les taux de D-dimères sont plus élevés chez les patientes présentant une atteinte des ganglions axillaires que chez les patients sans atteinte ganglionnaire.5 Le complexe thrombine-antithrombine (TAT) dans le plasma aussi élevé que le D-dimère est un autre biomarqueur susceptible de refléter le risque de TEV dans le cancer du sein.6

Le facteur tissulaire (TF), activateur physiologique de l'hémostase identifié comme un promoteur de l'activité des cellules souches cancéreuses, est également élevé chez les patients atteints d’un cancer. Il est alors libéré dans la circulation sous forme de microparticules. Les tests pour évaluer le TF comprennent la classification immunohistochimique de l'expression du TF sur des cellules tumorales, la mesure de l'antigène du TF avec un test ELISA [p. ex. Facteur tissulaire total ZYMUTEST ™ (RUO) ; Hyphen Biomed, une société du groupe Sysmex ; Neuville-sur-Oise, France], Activité procoagulante des microparticules de TF [p. ex. ZYMUPHEN ™ MP-TF (RUO) ; Hyphen Biomed, une société du groupe Sysmex ; Neuville-sur-Oise, France] ou cytométrie en flux. Des études indiquent une association entre un taux élevé de TF et de TEV, mais elle est limitée à certains sites et stades du cancer (cancers du pancréas et de l'ovaire) et ne peut pas être utilisée pour la prédiction générale.2

Le fragment de prothrombine F 1+ 2, l'activateur de plasminogène (uPA) de type urokinase et l'inhibiteur de l'activateur de plasminogène-1 (PAI-1) sont également associés à un risque de TEV élevé, mais leur valeur prédictive est controversée dans différentes études7, 8, 9. Le tableau 2 résume l'incidence des biomarqueurs anormaux de la coagulation chez les patients atteints d’un cancer.

Tableau 2 Incidence de biomarqueurs anormaux de la coagulation chez des patients atteints d’un cancer d'entités diverses

BIOMARQUEURS

INCIDENCE (%)

PLAGE DE RÉFÉRENCE

D-dimère 50 – 90 ≤ 0,5 mg/L FEU
Fibrinogène 40 – 80 1,7 – 4,2 g/L
Complexe TAT 40 – 70 < 4 ng/mL
Produits de dégradation de la fibrine 60 – 80 < 10 µg/mL
Fragment de prothrombine 1+ 2 35 – 55 0,069 – 0,229 nmol/L
Thrombocytose 5 – 80 150 – 350 x 109/L

Les biomarqueurs confirment la prévision du risque de développement d’une TEV ; Cependant, une évaluation et une gestion précises du patient sont essentielles pour le prévenir. Par conséquent, plusieurs modèles prédictifs ont été établis pour prendre en compte les niveaux de certains biomarqueurs, ainsi que le type de cancer et les autres caractéristiques propres aux patients, afin d’assister les cliniciens dans la prévention de la TEV. Le modèle le plus connu après Khorana et al. est présenté dans le tableau 3.2

Tableau 3 Modèle prédictif de la TEV associée à la chimiothérapie

CHARACTÉRISTIQUES PROPRES AUX PATIENTS

SCORE

Entités tumorales  
Risque très élevé (estomac, pancréas) 2
Risque élevé (poumon, lymphome, gynécologique, vessie, testicule) 1
Numération plaquettaire avant la chimiothérapie ≥ 350 x 109/L 1
Taux d'hémoglobine < 100 g/L ou utilisation d'agents stimulant l'érythropoïèse 1
Numération de leucocytes avant la chimiothérapie > 11 x 109/L 1
Indice de masse corporelle ≥ 35 kg/m2 1

Score à risque élevé : ≥ 3 ; score de risque intermédiaire : 1-2 ; score de risque faible : 0

L'identification de nouveaux biomarqueurs associés à la TEV dans les différentes tumeurs est nécessaire pour permettre la mise au point de systèmes de scoring spécifiques au type de cancer avec une valeur prédictive améliorée.

Références

[1] Blom JW, Doggen CJ, Osanto S, Rosendaal FR. (2005): Malignancies, prothrombotic mutations, and the risk of venous thrombosis. JAMA 293(6):715–722.
[2] Alok A. Khorana. (2012): Cancer and Coagulation. Am J Hematol 87:S82–S87.
[3] Cohen AT, Katholing A, Rietbrock S, Bamber L, Martinez C. (2017): Epidemiology of first and recurrent venous thromboembolism in patients with active cancer. A population‐based cohort study. Thromb Haemost 117(1):57–65.
[4] Stender MT, Frokjaer JB, Larsen TB et al. (2009): Preoperative plasma D-dimer is a predictor of postoperative deep venous thrombosis in colorectal cancer patients: A clinical, prospective cohort study with one-year follow-up. Dis Colon Rectum 52:446–451.
[5] Blackwell K, Haroon Z, Broadwater G, Berry D, Harris L, Iglehart JD et al. (2000): Plasma d-dimer levels in operable breast cancer patients correlate with clinical stage and axillary lymph node status. J Clin Oncol 18(3):600–608 (PubMed PMID: 10653875).
[6] Topcu TO, Kavgaci H, Canyilmaz E, Orem A, Yaman H, Us D et al. (2015): The effect of adjuvant chemotherapy on plasma TAT and F 1 + 2 levels in patients with breast cancer. Biomed Pharmacother 73:19–23 (PubMed PMID: 26211577).
[7] Lampelj et al. (2015): Urokinase plasminogen activator (uPA) and plasminogen activator inhibitor type-1 (PAI-1) in breast cancer – correlation with traditional prognostic factors. Radiol Oncol 49(4): 357-364.
[8] Völker et al. (2018): Levels of uPA and PAI-1 in breast cancer and its correlation to Ki67-index and results of a 21-multigene-array. Diagnostic Pathology 13:67.
[9] Ferroni et al. (2014): Plasma Plasminogen Activator Inhibitor-1 (PAI-1) Levels in Breast Cancer – Relationship with Clinical Outcome. ANTICANCER RESEARCH 34:1153–1162.
[10] Mandoj et al. (2018): Observational study of coagulation activation in early breast cancer: development of a prognostic model based on data from the real world setting. J Transl Med 16:129.

Copyright © Sysmex Europe GmbH. All rights reserved.
Information

Nous informons les visiteurs que ce site Internet est, uniquement, à destination des professionnels de santé (*)
Merci de confirmer que vous êtes un professionnel de santé (*)

(*) Un professionnel de santé est défini comme toute personne habilitée à prescrire, dispenser ou utiliser des DMDIV (Dispositifs Médicaux de Diagnostic In Vitro) dans l’exercice de son art.

Excusez-nous.

Cette page est réservée aux professionnels. Ils ne sont pas autorisés.

Personnalisez vos paramètres

Nous utilisons des cookies pour vous permettre une utilisation optimale de notre site web et pour améliorer notre communication avec vous. Nous tenons compte de vos choix et nous n’utilisons que les données pour lesquelles vous nous donnez votre consentement.

* Peut conduire à des restrictions dans les contenus et l’expérience d’utilisateur
Détails sur les cookies
Cookies strictement nécessaires
Ces cookies contribuent à l’exploitation de notre site web en autorisant des fonctions de base, telles que la navigation sur le site et l’accès à des zones sécurisées de notre site web. Notre site web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.
Cookies de statistiques
Ces cookies nous aident à comprendre comment des visiteurs interagissent avec notre site web, en récoltant des informations de façon anonyme. Ces informations nous permettent d’améliorer constamment notre offre.
Cookies marketing
Ils sont utilisés pour tracer des visiteurs sur des sites web. Ils ont pour objet de montrer des annonces pertinentes et attractives à chaque utilisateur et donc précieuses pour les éditeurs et les annonceurs tiers.