Sysmex France
Menu

Calendrier scientifique – Novembre 2022

Infections des voies urinaires : une utilisation judicieuse des antibiotiques commence par la pertinence du diagnostic et passe par des tests de sensibilité aux antimicrobiens

Que recommande la directive EAU en matière de diagnostic d'une cystite non compliquée ?

Remarque : Il peut y avoir plusieurs bonnes réponses.

Il est fortement probable d’obtenir un diagnostic précis en se fondant sur les antécédents ciblés de symptômes touchant les voies urinaires inférieures, ainsi que sur l'absence de pertes vaginales.

Le diagnostic différentiel de la cystite non compliquée et de la bactériurie asymptomatique n'est pas pertinent, le traitement étant le même.

La culture d'urine est recommandée pour augmenter le taux de réponse au traitement antimicrobien.

La bandelette urinaire continue d'être l'outil de diagnostic de laboratoire le plus précis pour les infections urinaires.

La culture d'urine est fortement recommandée dans les cystites récurrentes non compliquées.

Congratulations!

That's the correct answer!

Sorry! That´s not completely correct!

Please try again

Sorry! That's not the correct answer!

Please try again

Notice

Please select at least one answer

Contexte scientifique

Les infections des voies urinaires (IVU) figurent parmi les infections bactériennes les plus courantes avec 150 millions de personnes touchées par an dans le monde. Les IVU sont classées d’un point de vue clinique comme compliquées ou non compliquées. [1]

Les infections urinaires non compliquées, les plus courantes, affectent les femmes par ailleurs en bonne santé qui ne présentent aucune anomalie des voies urinaires. Elles peuvent toucher les voies urinaires supérieures (pyélonéphrite) ou inférieures (cystite). Les facteurs de risque les plus pertinents pour la cystite sont l’appartenance au sexe féminin, l'activité sexuelle, les infections vaginales ou des antécédents d'IVU. La plupart de ces IVU sont causées par E. coli, résidant dans l'intestin humain. [2,3]

Les IVU compliquées surviennent généralement chez des personnes souffrant de facteurs liés à l'hôte tels que le diabète ou l'immunosuppression et/ou dont les voies urinaires présentent des anomalies anatomiques ou fonctionnelles (obstruction liée à la lithiase, cathétérisme, etc.). Les infections des voies urinaires chez les hommes et les femmes enceintes sont également considérées comme compliquées.

De manière intéressante, on constate un nombre accru de bactéries dans leurs voies urinaires inférieures de nombreuses femmes en bonne santé. Ces bactéries n'entraînent pas de développement de symptômes liés aux infections urinaires. Ce phénomène, appelé bactériurie asymptomatique, est fréquent et n'est pas considéré comme une infection, mais plutôt comme une colonisation commensale.

Diagnostic et traitement

Les IVU non compliquées sont généralement diagnostiquées chez le médecin généraliste. Du fait de leur incidence élevée, elles représentent un motif important de prescription d'antibiotiques, hors utilisation hospitalière. [4] L’absence de méthodes de diagnostic rapide sur le lieu de prise en charge tend notamment à normaliser le traitement empirique dans de nombreux contextes. Le traitement empirique s’appuie sur la prescription de médicaments (à savoir des antibiotiques) sur la base d'une évaluation clinique des symptômes éprouvés par le patient, et sur l’absence de toute procédure de diagnostic permettant d’affiner la sélection d’un médicament.

Le traitement empirique a des effets négatifs importants, à savoir la prescription d'antibiotiques en l’absence de toute infection, ou la sélection d'antibiotiques auxquels les bactéries à l’origine de l’infection sont résistantes (en d’autres termes, le médicament n'est pas efficace contre ces bactéries).

Le diagnostic différentiel et l'utilisation de diagnostics appropriés sont essentiels pour garantir la bonne utilisation des antibiotiques. S’en abstenir contribue à la propagation de la résistance aux antimicrobiens. [5]

La contribution de Sysmex

Sysmex développe des solutions innovantes pour le diagnostic rapide des infections urinaires et la sélection de l'antibiotique approprié dans chaque cas, au moyen d'un test de sensibilité aux antimicrobiens (TSA). L'utilisation de la nanofluidique dans le système PA-100 de TSA permet une détection fiable et rapide de la bactériurie et la réalisation du TSA lors de la prise en charge. [6] Cela fournit aux médecins les informations nécessaires pour appuyer immédiatement leur décision clinique. [7]

Références

[1] Flores-Mireles AL. (2015): Urinary tract infections: epidemiology, mechanisms of infection and treatment options. Nature Reviews Microbiology, 13: 269–284.

[2] Bonkat G. (2021): EAU Guidelines on Urological Infections – European Association of Urology.

[3] Wagenlehner F. (2020): ): Epidemiology, definition and treatment of complicated urinary tract infections. Nature Reviews Urology, 17: 586–600.

[4] Yelin I. (2019): Personal clinical history predicts antibiotic resistance of urinary tract infections. Nature Medicine, 25 (7): 1143–1152.

[5] Sysmex Europe (2022): AMR page

[6] Baltekin Ö. (2017): Antibiotic susceptibility testing in less than 30 min using direct single-cell imaging. PNAS, 114 (34): 9170–9175.

[7] Sysmex Europe white paper (2022): How to perform real-time Antimicrobial Susceptibility Testing (AST)

Copyright © Sysmex Europe SE. All rights reserved.
Information

Nous informons les visiteurs que ce site Internet est, uniquement, à destination des professionnels de santé (*)
Merci de confirmer que vous êtes un professionnel de santé (*)

(*) Un professionnel de santé est défini comme toute personne habilitée à prescrire, dispenser ou utiliser des DMDIV (Dispositifs Médicaux de Diagnostic In Vitro) dans l’exercice de son art.

Excusez-nous.

Cette page est réservée aux professionnels. Ils ne sont pas autorisés.