Sysmex France
Menu

Calendrier scientifique - avril 2022

Syndrome de l’intestin irritable et maladie inflammatoire de l'intestin : tests sensibles de détection de l'inflammation intestinale

Quelle est la particularité des mesures de calprotectine avec CALiaGold dans le diagnostic différentiel de la maladie inflammatoire de l'intestin (MII) et du syndrome de l’intestin irritable (SII) et lors du suivi des patients atteints de MII ?

Test hautement sensible destiné à détecter l'inflammation intestinale et donc à aider au diagnostic différentiel de la MII et du SII

Test hautement sensible destiné à détecter l'inflammation intestinale et donc à aider au diagnostic différentiel de la MII et du SII

Peut prédire les rechutes de MII dès le début

La meilleure stabilité de la calprotectine dans le tampon CALiaGold permet un échantillonnage à domicile

Congratulations!

That's the correct answer!

Sorry! That´s not completely correct!

Please try again

Sorry! That's not the correct answer!

Please try again

Notice

Please select at least one answer

Contexte scientifique

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est l'une des affections les plus courantes des interactions intestin-cerveau. Selon les estimations, il touche environ 1 personne sur 10 dans le monde (~ 75 millions en Europe) [1]. Chez les personnes atteintes de SII, ce trouble se caractérise par des problèmes intestinaux chroniques et récurrents ainsi que des douleurs abdominales. Les problèmes intestinaux peuvent inclure la constipation, la diarrhée, la douleur ou une combinaison de ceux-ci. Une personne atteinte du SII ressentira quotidiennement une gêne intestinale, mais la fréquence et la gravité des symptômes du SII ne sont pas prévisibles et peuvent varier. Si les symptômes du SII ne sont pas gérés, cela peut perturber la vie d'une personne. Le SII peut affecter une personne physiquement et émotionnellement. Bien que la cause du SII ne soit pas connue, on pense que ses symptômes sont provoqués par une perturbation de l'interaction entre le cerveau, le système nerveux et l'intestin. Il est impossible de guérir le SII. Cependant, après consultation médicale et gestion de la pathologie, le SII peut ne plus perturber la vie d'une personne ou seulement de façon minime.

La MII, signifiant maladie inflammatoire de l'intestin, comprend la maladie de Crohn (MC) et la colite ulcéreuse (CU), deux maladies digestives chroniques graves qui touchent 5 millions de personnes dans le monde (2,5 à 3 millions en Europe [3]) [2]. Les dernières données d'incidence publiées ont montré un nombre croissant de MII (6,8 millions de personnes dans le monde [4]). L’affection touche aussi bien les hommes que les femmes, et bien que la maladie puisse survenir à tout âge, les MII surviennent plus souvent chez les adolescents et les jeunes adultes âgés de 15 à 35 ans. La MII est une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, qui présente des périodes d'activité inflammatoire (poussées) et des phases de repos (rémission) à l’instar de nombreuses maladies chroniques. La majorité des patients souffrant de MII en Europe présente une évolution récurrente de la maladie, tandis que 20 % à 25 % des patients se plaignent de symptômes chroniques et continus. De 30 % à 40 % des patients atteints de la MC en Europe peuvent présenter un phénotype de maladie compliqué au moment du diagnostic et une proportion similaire de patients peut développer des complications au cours des 10 à 15 prochaines années durant la phase de suivi [3]. Il n'y a pas de remède, pas de cause connue et une absence quasi-totale de compréhension en général de la douleur et de la souffrance chronique auxquelles ces patients sont courageusement confrontés chaque jour de leur vie. Dans la plupart des cas, la maladie peut être maîtrisée grâce à des médicaments. Bien qu'il n'y ait pas de remède pour la MII, ses symptômes et son impact sur la vie d'un patient peuvent être minimisés par une prise en charge médicale appropriée.

La calprotectine est une protéine principalement présente dans le cytoplasme des granulocytes neutrophiles. En cas d'inflammation gastro-intestinale (GI), les neutrophiles migrent à travers la paroi intestinale et la calprotectine est libérée à cause de la dégranulation. Elle s'accumule dans les fèces et est excrétée par le corps. La concentration de calprotectine est directement corrélée au nombre de neutrophiles dans la lumière intestinale, ce qui en fait un biomarqueur idéal pour l'inflammation gastro-intestinale. Le dosage de la calprotectine fécale (fCAL) est une option non invasive permettant d’évaluer l'inflammation localisée. Sa très grande sensibilité lors la détection de l'inflammation gastro-intestinale contribue au diagnostic différentiel des maladies inflammatoires de l'intestin (MII) et du syndrome de l’intestin irritable (SII). Le biomarqueur fCAL surpasse les marqueurs généraux de l'inflammation tels que la protéine C-réactive (CRP) et la vitesse de sédimentation des érythrocytes (VS) en raison de sa plus grande sensibilité et de sa meilleure spécificité. Le traitement des MII vise à atteindre et à maintenir la rémission, afin de permettre une cicatrisation de la muqueuse. Les niveaux de fCAL semblent être en corrélation avec la gravité de la MII. Ils peuvent prédire les rechutes de la MII et être utilisés pour surveiller et optimiser le traitement chez ces patients. Des valeurs de calprotectine < 50 μg/g ne sont pas indicatives d'une inflammation du tractus gastro-intestinal. Les patients présentant de faibles niveaux de calprotectine n'ont probablement pas besoin de procédures invasives pour déterminer la cause de l'inflammation. Des valeurs de calprotectine comprises entre 50 µg/g et 200 μg/g peuvent représenter une maladie organique bénigne telle qu'une inflammation causée par une diverticulite légère et une MII en phase de rémission. Des valeurs de calprotectine > 200 μg/g indiquent une maladie organique active avec inflammation du tractus gastro-intestinal. Par conséquent, il est recommandé de s’adresser à des spécialistes pour obtenir des procédures d'investigation et curatives. En plus, fCAL peut être efficace dans la gestion des ressources de coloscopie. Le test de calprotectine représente une approche non invasive et précise et peut être un outil pronostique pour les rechutes cliniques.

CALiaGold est la solution complète permettant la détermination quantitative automatisée de la calprotectine dans les matières fécales humaines. L’immunoessai turbidimétrique renforcé par des particules (PETIA) repose sur la réaction d'agglutination entre des particules de latex recouvertes d'anticorps et l'antigène en solution. Il peut être exécuté, avec le test FOB Gold, sur votre analyseur fécal dédié (analyseur SENTiFIT 270 ou SENTiFOB).

La nouvelle version de CALiaGold présente une meilleure sensibilité (LoB 3,2 µg/g, LoD 6,1 µg/g, LoQ 18,6 µg/g sur le SENTiFIT 270), une stabilité prolongée du tube (stockage du tube plusieurs mois à température ambiante ; prélèvements dans le tampon en tube pendant 3 jours jusqu'à 37 °C ou pendant 14 jours entre 2 °C et 8 °C) et une meilleure performance avec des échantillons très concentrés (sans prozone jusqu'à 6 000 µg/g).

Les patients peuvent facilement prélever l'échantillon de selles à la maison avec le tube CALiaGold dédié et l'apporter ou le renvoyer au médecin généraliste/laboratoire. Cela représente une procédure plus hygiénique pour le personnel de laboratoire et réduit leur charge de travail, car les tubes peuvent être directement placés sur l'analyseur dédié pour le traitement. De plus, l'échantillonnage à domicile peut empêcher la calprotectine de se dégrader pendant le transport car elle est protégée dans la solution tampon du tube.

Jusqu'à présent, plusieurs études de comparaison de méthodes liées à CALiaGold ont été publiées [5-10].

Syndrome de l’intestin irritable et maladie inflammatoire de l'intestin : faits essentiels

Références

[1] Lovell RM et al. (2012): Global prevalence of and risk factors for irritable bowel syndrome: a meta-analysis. Clin. Gastroenterol. Hepatol. 10:712–721.

[2] Burisch J et al. (2015): The epidemiology of inflammatory bowel disease. Scandinavian Journal of Gastroenterology 50(8):942–951.

[3] Burisch J et al. (2013): The burden of inflammatory bowel disease in Europe. Journal of Crohn's and Colitis 7:322–337.

[4] Naghavi M et al. (2020): The global, regional, and national burden of inflammatory bowel disease in 195 countries and territories, 1990–2017: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2017. Lancet Gastroenterol Hepatol 5:17–30.

[5] Paparella C et al. (2018): Evaluation of a new assay for the quantitative determination of calprotectin in human feces (CALiaGold). UEG week poster presentation (P1721).

[6] Finazzi S et al. (2018): Comparison between two automated assays for the quantitative determination of fecal calprotectin. ELAS 2018 poster presentation.

[7] Silva B et al. (2019): Method comparison of CALiaGold (a new assay for quantitative determination of fecal calprotectin) and BÜHLMANN fCAL turbo. EuroMedLab 2019 Barcelona poster presentation.

[8] Rasmussen H et al. (2019): Comparison of two automated assays and extraction techniques for analyzing fecal calprotectin. IBD Nordic conference Malmö poster presentation (p11).

[9] Huijgen J et al. (2020): Analytical performance of the CALiaGold Quantitative latex immunoassay for Calprotectin measurement on the SENTiFIT 270 analyzer. NVKC Papendal (P18).

[10] Mérida F et al. (2020): Comparative Study of Three Different Fecal Calprotectin Immunoassays: TriCAL Study. Annals of Clinical & Laboratory Science 50(6):55–60.

Ressources

Copyright © Sysmex Europe SE. All rights reserved.
Information

Nous informons les visiteurs que ce site Internet est, uniquement, à destination des professionnels de santé (*)
Merci de confirmer que vous êtes un professionnel de santé (*)

(*) Un professionnel de santé est défini comme toute personne habilitée à prescrire, dispenser ou utiliser des DMDIV (Dispositifs Médicaux de Diagnostic In Vitro) dans l’exercice de son art.

Excusez-nous.

Cette page est réservée aux professionnels. Ils ne sont pas autorisés.